Burn-out
Le burn out est une pathologie de civilisation et une opportunité de transformation. C'est un appel à changer notre relation au travail ou à la parentalité.

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Dans la Classification internationale des maladies, le burn out, ou épuisement professionnel, est considéré comme un « phénomène lié au travail» (OMS – Mai 2019). Difficile à chiffrer, plus de 3 millions de travailleurs français présenteraient un risque élevé aujourd’hui. Des études ont été menées au sujet du burn out lié à la parentalité, encore aujourd’hui moins reconnu et néanmoins bien présent.

Le “burn out”, ou “brûlure interne”, une pathologie de civilisation

Selon Pascal Chabot, auteur de l’ouvrage “Global Burn-out”: “le burn-out dépasse le cadre de la pathologie de l’individu, il est pathologie de relation : relation de l’individu à la société (…) l’épuisement professionnel n’interroge pas seulement l’homme ou la société, mais leurs rapports, c’est une « pathologie de civilisation ».”

« Les individus sont émotionnellement, physiquement et spirituellement épuisés, » expliquent Christina Maslach et Michael P. Leiter dans leur livre “Burn-out: Le syndrome d’épuisement professionnel“, avant de rajouter : “Les exigences quotidiennes liées au travail, à la famille, et à tout le reste ont fini par éroder leur énergie et leur enthousiasme. La joie de la réussite et la satisfaction d’avoir rempli ses objectifs sont de plus en plus difficiles à atteindre, et le dévouement et l’engagement professionnels sont en train de disparaître. Les gens deviennent cyniques, ils gardent leurs distances, essayant de ne pas trop s’impliquer. Ce phénomène représente un recul majeur dans la dynamique vers une vie professionnelle meilleure.”

Aujourd’hui, l’hyperactivité est survalorisée et un culte est voué à la performance. Perte de sens de la valeur travail, manque d’autonomie, de responsabilité, de reconnaissance, connexion continue avec notre labeur via les nouvelles technologies : tout cela contribue à multiplier les processus de burn-out.

En outre, les parents ne se sont jamais autant posé de questions sur la parentalité. Une forme d’idéalisme s’est développée, avec des standards très élevés, en plus des exigences professionnelles et celles de prendre soin de soi (garder la ligne, rester au top de notre forme, etc). Est-ce possible de répondre à toutes ces attentes en même temps? 

Pascal Chabot: “Les facteurs sont divers, même s’ils peuvent être regroupés en plusieurs catégories: l’essoufflement du perfectionnisme, l’épuisement de l’humanisme, la course à la reconnaissance, sans oublier les problèmes spécifiques qui touchent les femmes.

L’individu ne ressent-il pas les effets d’une société qui est elle-même victime d’incendie ? 

QU’EST-CE QUE LE BURN-OUT ?

L’Organisation mondiale de la santé définit l’épuisement professionnel comme « un sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail ». Dans la CIM-11, le burn-out est défini comme suit : «Le burn-out, ou épuisement professionnel, est un syndrome conceptualisé comme résultant d’un stress chronique au travail qui n’a pas été correctement géré».

Étudié à partir des années 1970 sous l’impulsion du psychologue et psychothérapeute américain Herbert J. Freudenberger, le burn-out a d’abord désigné le syndrome d’épuisement physique et psychique affectant les professions d’aide, de soins et de formation. Le concept de « syndrome d’épuisement professionnel » a été étendu à d’autres champs professionnels et secteurs d’activité dans les années 1990.

Dans les années 1980, les docteurs Christina Maslach et Michael Leiter analysent l’épuisement et en font la description d’un syndrôme qui se manifeste par (extraits de l’article de Patrick Légeron – Sciences Humaines):

  • un épuisement émotionnel : “trop engagé dans des activités professionnelles, l’individu a épuisé peu à peu son “capital” énergie. Il se sent littéralement “vidé”, “au bout du rouleau”. Ce manque d’énergie est d’autant plus néfaste qu’il pense qu’il n’a aucun moyen à sa disposition pour recharger ses batteries.”
  • une dépersonnalisation ou déshumanisation, “caractérisée par une attitude négative et détachée de la part de l’individu envers les personnes avec lesquelles il interagit.”
  • une diminution de l’accomplissement personnel : “l’individu porte un regard particulièrement négatif et dévalorisant sur la plupart de ses réalisations et accomplissements personnels et professionnels. Il est démotivé et son estime de soi s’en ressent. La perte de confiance en soi résultant de ce type d’attitude est associée à un vécu dépressif important et à une incapacité à faire face aux obligations professionnelles.”

Le burn-out parental suit le même processus de dégradation de la relation entre le.s parent.s et son ou ses enfant.s. Selon la conception tridimensionnelle de Roskam, Raes et Mikolajczak (2017), le burn-out parental se manifeste, comme le burn-out professionnel, par les 3 éléments suivants, et suit les étapes de progression du schéma ci-dessous :

  • épuisement : la fatigue est telle que l’on en pleure, déconnecté.e de soi-même, on se trouve en mode survie.
  • distanciation émotionnelle : irritabilité, ne plus supporter les cris, chamailleries et pleurs de ses enfants, ni même le mot “maman”.
  • perte d’efficacité parentale : incapacité à répondre aux sollicitations des enfants, la moindre tâche du quotidien paraissant comme une montagne infranchissable.

Les conséquences sont les suivantes :

  • sur le parent : irritabilité, dépendances, troubles de la santé physique, risque de suicide, risque de fugue, …
  • sur l’enfant : négligence, maltraitance: violence verbale, violence physique, violence psychologique, …
  • sur le couple : conflits, violence, divorce, …

Afin de mieux le reconnaître, je présenterai dans mon prochain article les symptômes du burn-out et la différence avec la dépression.

LE BURN OUT, UNE OPPORTUNITE DE TRANSFORMATION

Parce qu’il nous alerte sur notre manque de connexion à nos besoins, le burn-out porte en lui une opportunité de transformation. C’est un appel à changer la manière de vivre notre relation au travail ou à la parentalité et de revoir la place du travail ou des enfants dans une vie. 

Pour en sortir, il s’agit déjà de prendre conscience que le processus, qui a été long à se mettre en oeuvre, prendra du temps – jusqu’à plusieurs années – à se résorber.

Il s’agit ensuite de favoriser un retour vers soi, dans son intimité, de s’écouter: reprendre contact avec sa voix intérieure, éveiller sa conscience corporelle et aller à la découverte du sens que l’on met sur nos maux; tout cela contribue à retrouver un rapport sain à soi-même et donc aux autres. Les massages, le repos, les câlins, la méditation et les bains de forêt: voici quelques idées de reconnexion à soi pour mieux appréhender ses besoins. 

En outre, je vous invite à pratiquer l’auto-compassion : nous sommes souvent très durs avec nous-mêmes, et nous nous comportons comme les rouages d’une énorme machine à produire des biens ou des services, alors que nos besoins vitaux crient à la rescousse! Soyons indulgents envers nous-mêmes et écoutons nos corps et nos âmes, qui aspirent à autre chose qu’à la productivité intensive et à l’idéal du “toujours plus”. Osons ralentir le rythme car la conscience de soi entraîne la conscience de son environnement et des autres. Ensemble, en nous soutenant les uns les autres, nous saurons donner vie à une nouvelle société, plus respectueuse du Vivant!

Le burn-out, un appel à écouter ses besoins et à se ressourcer, à prendre soin de soi, surtout si l’on veut prendre soin des autres.

Se reconnecter à soi pour mieux se reconnecter aux autres, c’est revenir vers soi pour renaître au monde ! C’est ma mission : accompagner les personnes dans leurs transformations vers plus de sens, de joie et de résilience, pour que chacun incarne son mouvement intérieur en harmonie avec le monde extérieur.

Marie Saumont-Gillet

Marie Saumont-Gillet

J'accompagne les personnes et organisations dans leurs transformations pour devenir les acteurs d’un monde plus résilient, rempli de sens, sérénité et joie !

Souscrivez à la Newsletter

Recevez des nouvelles et conseils pour accompagner votre transformation

Explorer d'autres articles

Spectre de l'autisme
Neurodiversité

Le monde magique de l’autisme, un arc-en-ciel de perceptions du monde

La condition autistique est présente sur un large spectre (incl. le syndrome d’Asperger), que l’on peut comparer à un arc-en-ciel aux couleurs variées et aux différences subtiles, parfois tellement subtiles qu’elles ne se voient pas. Cette forme d’intelligence différente est le plus complexe de tous les troubles neurodéveloppementaux: une manière différente de percevoir le monde, de penser et d’agir. Avec ses forces et ses lacunes, l’autisme gagnerait à être davantage connue pour une société plus inclusive et donc plus créative !

Compétences à développer dans un monde VUCA
Transition professionnelle

9 compétences à développer dans un monde VUCA

Les évolutions économiques et sociales (nouveaux modes de travail et de vie), combinées à la crise actuelle du Covid, et à l’urgence grandissante d’agir en faveur de la planète et de la poursuite de la vie sur Terre, exigent de nous des compétences accrues d’adaptation, pour vivre et travailler avec succès et satisfaction dans un monde en perpétuels mouvements.
Pour nous aider à changer d’attitude, et si nous allions voir du côté des compétences interculturelles?

small_c_popup.png

Prenons contact

Votre accompagnement avec Cybèle Coaching